La forte densité de la communauté Raspberry Pi a favorisé le développement de plusieurs projets autour de cette plateforme. En février dernier, l’on a assisté à la sortie du Raspberry Pi 3. Pour ce nouveau modèle de carte mère pour nano-ordinateur, la fondation a voulu passer à la vitesse supérieure en intégrant de nouveaux éléments non disponibles sur les anciens modèles. Nous avons par exemple l’intégration d’un processeur 64 bits pour ce Raspberry Pi 3, d’une puce Wi-Fi 802.11n et Bluetooth 4.1.

Avec cette connectivité Wi-Fi, les détenteurs de ce modèle peuvent maintenant interagir avec l’équipement, mais à une distance tributaire de la couverture Wi-Fi. Pour contourner cette limite et offrir aux possesseurs de ce modèle une alternative plus puissante, Altair Semiconductor, le fabricant de semi-conducteurs LTE pour les tablettes, les netbooks, les Chromebooks, les points d’accès pour mobiles, les dongles USB, les routeurs et les applications machine à machine, vient d’annoncer qu’il a achevé avec succès les tests de son chipset ALT1160 CAT-1 pour les Raspberry Pi. Cet équipement est en fait un modem qui, lorsqu’il intégrer à un équipement compatible, permet de communiquer avec un autre appareil par le biais des réseaux cellulaires 4G.

Il faut préciser qu’à l’heure actuelle, les Raspberry Pi ne disposent pas de puce intégrée fournissant une connectivité 4G. Et seul le Raspberry Pi 3 a une connectivité Wi-Fi et Bluetooth pour une communication à distance. Avec ces essais de compatibilité avec les Raspberry Pi qui se sont achevés avec succès, cet équipement offrira donc pour la première fois la connectivité 4G aux équipements Raspberry Pi et notamment au Raspberry Pi 3 en plus de la connectivité Wi-Fi et Bluetooth déjà disponible.

Dans les faits, l’intégration de cette carte d’extension permettra de communiquer à distance à travers différents points de la planète avec les Raspberry Pi 3 qui en seront pourvus. Altair ajoute que cette solution permettra par exemple « aux utilisateurs de naviguer rapidement sur Internet et diffuser de la vidéo haute définition à partir de n’importe où, en plus d’autres applications telles que (la domotique, les robots ou caméra de surveillance à distance avec accès LTE) ».

Cette puce LTE est de catégorie 1, et comme on pouvait s’y attendre, a un débit descendant de 10 Mb/s et 5 Mb/s comme débit ascendant. Pour le fabricant, cela devrait considérée comme un avantage, vu que ce sont des équipements à faible consommation. Une catégorie plus élevée entamerait l’autonomie ou la consommation énergétique des Raspberry. A ce sujet, Altair annonce que cette puce consomme très peu. Pour ce faire, elle intègre une unité de gestion avancée de l’alimentation, un sous-système de faible puissance ainsi qu’une mémoire DDR intégrée, et un framework pour la sécurité des applications développées. Comme autres caractéristiques, nous avons :

  • Une interface pour USB 2.0, Ethernet, UART (un émetteur-récepteur asynchrone universel), SPI (un bus de données série synchrone), USIM (une carte à puce), caméra… ;
  • Une architecture CMOS pour les fréquences radio de faible puissance ;
  • Deux ports fréquence radio supportant deux bandes dans la plage de 400 à 2700 MHz ;
  • Un détecteur de puissance intégré
  • Et bien plus encore ;

Pour ce qui concerne les prix, bien que des détails officiels n’ont pas été fournis, la firme annonce qu’ils seront vendus à bas prix. Certaines indiscrétions avancent les prix de 15 à 20 dollars. Mais en ce qui concerne Eran Eshed, cofondateur et vice-président des ventes et du marketing chez Altair, « l’intégration du chipset LTE d’Altair avec le Raspberry Pi fera de ce dernier l’une des solutions de connectivité les plus portables, abordables et pratiques sur le marché ».

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE