L’Université de Nouakchott « El Asriya » a abrité lundi l’ouverture du centre de formation ouverte à distance et de e-Learning (FOADeL) en collaboration avec l’Université virtuelle africaine (UVA).
Le centre dipose de beaucoup d’équipements requis pour la communication à distance en plus d’un staff compétent qui s’attelle à gérer les points d’accès aux programmes actuels et futurs et à aider à l’élaboration des recherches.
Dr. Mohamed Lemine Ould Ahmed Zeidane, chargé de mission au ministère, secrétaire général par intérim a, au nom du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique souligné l’importance de ce centre en tant qu’opportunité d’ouverture aux sciences modernes partout dans le monde et de moyen de rapprocher les prestations scientifiques des chercheurs et des étudiants.
Le centre va contribuer à former et préparer les professeurs tant au niveau de la formation initiale que continue dans tous les domaines en particulier l’informatique appliquée de manière à traduire le programme ambitieux du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz visant à promouvoir l’enseignement supérieur et à le moderniser pour accompagner l’époque et répondre aux exigences de la mondialisation.
Le Pr. Ahmedou Ould Haouba, président de l’Université de Nouakchott El Asriya a précisé, quant à lui, que son institution accorde une importance capitale aux TICs depuis les années 90 où elle a assuré des formations dans le domaine de l’administration des réseaux, du développement des contenus et du e-Learning.
Tout comme elle a organisé des journées internationales sur le numérique rassemblant des universitaires de la sous région: Mauritanie, Maroc, Sénégal, Tunisie et France ainsi des professionnels de l’éducation au niveau de Google et Oracle en plus des partenaires au développement.
Pour sa part, Dr. Bakary Diallo, recteur de l’université virtuelle africaine a indiqué que les universités africaines sont confrontées à des défis: elles sont submergées par un nombre croissant d’étudiants et sont incapables d’augmenter leur infrastructure physique pour répondre à la demande.
« L’UVA estime quant à elle, dit-il, que l’utilisation des TICs dans l’éducation permet de pallier à cela en économisant sur les infrastructures, scolaires, les manuels et nombre d’enseignants par classe tout en contribuant à la qualité de l’éducation.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE