Parallels propose une version allégée de Parallels Desktop sur le Mac App Store. Cette version est assez intéressante de par son modèle économique. En effet, elle est disponible gratuitement au téléchargement. Elle permet sans surcoût dixit l’éditeur d’exécuter des machines virtuelles Linux et macOS. Par contre, il est nécessaire de passer à a la caisse – après une période d’essai – si l’on veut recourir aux services de Windows.

Cette option disponible sous forme d’achat in-app est proposée au prix de 59,99 €. Elle est vendue sous forme d’abonnement pour une durée d’un an. Il est assez rare de voir des logiciels de virtualisation pour le Mac App Store, et ce à cause des limitations imposées par Apple. L’année dernière, Nikolay Dobrovolskiy, le créateur de Parallels Desktop, nous parlait de ces limites dans un entretien :

C’est quelque chose [NDLR : le Mac App Store] qui nous intéresse. Nous voulons être là où les gens peuvent nous trouver. Cependant, l’App Store a des limitations techniques dues à la manière dont Apple le fait fonctionner. Cela modifierait certaines fonctions de Parallels.

Pour fonctionner, un logiciel de virtualisation a besoin de ce que l’on appelle un hyperviseur. Il s’agit d’une plate-forme de virtualisation qui permet à plusieurs systèmes d’exploitation de travailler sur une même machine physique en même temps. Le type d’hyperviseur utilisé par un logiciel comme Parallels Desktop, vient se nicher au coeur du système. Autant dire que cela contrefait aux règles de validation du Mac App Store. Toutefois, Apple depuis a doté macOS depuis 10.10 d’un framework maison Hypervisor ouvrant de nouvelles possibilités aux logiciels de virtualisation. Nikolay Dobrovolskiy l’évoquait justement au cours de cet entretien :

Hypervisor est assez intéressant. En quelque sorte, c’est une interface qui permet d’accéder au hardware nécessaire à la virtualisation. Le Mac App Store ne donne accès qu’au niveau de l’utilisateur, pas à celui des pilotes matériels. Nous étions inquiets de voir tous les outils indispensables à la virtualisation être disponibles au niveau de l’utilisateur, car cela signifiait que les performances allaient être modestes.

Heureusement, Apple a veillé à ce que ce ne soit pas le cas, ils ont réalisé plusieurs optimisations du système qui font maintenant partie de l’OS. Dans nos tests, Hypervisor est un peu plus lent, mais pas de manière significative.

Autrement dit, il y a fort à parier que Parallels se sert du framework d’Apple pour rendre sa solution de virtualisation « compatible » avec le Mac App Store.

Sur cette fiche, Parallels évoque les différences entre la version Lite et Standard. La première ne peut créer une machine virtuelle depuis les données stockées sur un PC ou encore se servir de Boot Camp. Elle possède également d’autres limitations notamment au niveau des partages des données, n’inclut pas le mode Cohérence, et ne permet pas d’installer directement une version de démonstration d’un anti-virus comme c’est le cas avec la version normale.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE