Vous avez un smartphone Android récent ou qui figure dans la liste des bons élèves en matière de sécurité informatique établie par Google ? Bonne nouvelle, vous allez pouvoir bénéficier très bientôt d’une nouvelle vague de correctifs — si ce n’est pas déjà fait. La firme de Mountain View a publié un bulletin détaillant la liste des brèches corrigées avec la dernière mise à jour.

Que corrige-t-elle ? Pas moins de 50 vulnérabilités dénichées dans des composants propriétaires conçus par Qualcomm ainsi que 22 autres failles affectant une variété d’éléments fournis par l’équipementier américain (Bluetooth, processeur graphique, Wi-Fi, vidéo, appareil photo, chargeur d’amorçage, son…). 27 de ces brèches sont considérées comme critiques et 27 autres sont jugées sérieuses.

Les correctifs du mois de juin résolvent aussi des problèmes dans les bibliothèques du système d’exploitation mobile mais aussi dans le framework Media, au niveau du système d’interface utilisateur et du Bluetooth, ainsi que dans des composants du noyau, de Nvidia, de Synaptics et de MediaTek. La gravité des bugs va de « basse » à « critique », en passant par « modérée » et « élevée ».

En tout, la mise à jour règle très exactement 101 soucis dans Android.

Si vous avez un terminal de la gamme Nexus (5X, 6, 6P, 9 et Player) ou Pixel (Pixel, XL, C), la mise à jour est déjà disponible. Il suffit de vous rendre dans les réglages de votre terminal, puis dans l’état du téléphone et de cliquer sur « mises à jour du système ». Sur un terminal de type Nexus 5X, la mise à jour pèse 34,7 Mo. Vous devriez pouvoir la récupérer très rapidement depuis votre réseau Wi-Fi.

Si vous n’avez pas l’un de ces terminaux, vous devrez vous caler à la politique de mise à jour du fabricant de votre smartphone. Malheureusement, les constructeurs ne font pas tous preuve de rigueur lorsqu’il s’agit de déployer les derniers correctifs développés par la firme de Mountain View et ses partenaires. À moins d’installer la version originale de l’OS sur son téléphone, il faudra se montrer patient.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE