Le projet «Youth Connect Sénégal» («Jeunesse connectée») a été présenté hier, vendredi 9 juillet 2021, au King Fahd Palace. Ce projet est un outil digital initié par l’Union Africaine (UA – «Youth Connect Africa») qui vient apporter de solutions, selon les acteurs, aux questions de l’entreprenariat et l’insertion socio-économique de la jeunesse principalement. Le projet qui va être officiellement lancé dans 2 mois, vise à créer 3000 emplois directs.
 
Le Sénégal emboite le pas aux pays comme le Rwanda, la Guinée, le Burkina Faso, etc. qui ont déjà lancé le projet «Youth Connect» (une «Jeunesse connectée»). C’est un projet de mise en commun des initiatives de la promotion de la jeunesse, adopté par les chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA – «Youth Connect Africa») et l’ensemble des partenaires techniques et financiers, avec à leur tête le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD). Le ministère de la Jeunesse, à travers son Secrétariat général, a procédé à la présentation du projet hier, vendredi 9 juillet 2021, au King Fahd Palace. Un projet qui va être officiellement lancée dans 2 mois.

La plateforme «Youth Connect Sénégal» est une composante du PSE-Priorité Jeunesse, pour accompagner la jeunesse sénégalaise dans la recherche d’emploi et à l’insertion socioéconomique. A en croire au Secrétaire général du ministre de la Jeunesse, Makhoudia Guèye, le projet a pour finalité la création de 3000 emplois directs. «Les Systèmes des Nations Unis sont prêts à travailler avec le ministère de la Jeunesse, en suivant un processus inclusif dans lequel le Conseil national de la Jeunesse doit occuper la place qui lui revient, pour qu’on puisse travailler, dans 2 mois, à mettre en forme la plateforme ‘’Youth Connect Sénégal’’. Qu’il puisse constituer, en tout cas, un outil pertinent, assez important pour la mise en œuvre du PSE-Priorité Jeunesse. Donc, c’est un processus qui va démarrer bientôt avec les jeunesses et tous les acteurs qui sont impliqués dans la mise en œuvre du PSE-Jeunesse», souligne Makhoudia Guèye.

COMMUNICATION DIGITALE, UNE RADIO ET UNE TELEVISION AVEC DES DEBATS ANIMES PAR DES JEUNES

Pour aider les jeunes à accéder aux opportunités qui s’offrent à eux, le ministère de la Jeunesse et ses partenaires comptent mettre en place un certain nombre d’outils, parmi lesquels il y a la territorialisation de la jeunesse avec la création de Maisons de jeunesse dans 40 départements du Sénégal. Il s’y ajoute la protection sociale, l’assurance retraite, l’assurance maladie. Aussi le projet permettra-t-il d’offrir des services de paiement des taxes dans le domaine de la santé et du transport. Bref, explique Makhoudia Guèye, en plus de la mise en place d’une plateforme dédiée à la protection sociale comme la retraite complémentaire et l’assurance-maladie, il et prévu la monétique. Un volet intégrant des approches multi-canal ineffaçables, l’offre de services de paiement de taxes communales, des impôts et factures domestiques, etc. que «Youth Connect Sénégal» va également couvrir.

Mieux, l’attente, c’est que «Youth Connect» Sénégal, puisse «contribuer à tirer le taux de digitalisation de 25 à 30% dans notre pays. Le projet ambitionne également de lancer sa propre plateforme de téléphonie entièrement digitale avec plus de 40 modules afin d’accompagner les jeunes sénégalais aussi bien dans la recherche d’emplois que dans la création de projets», ajoute M. Guèye. Il s’agit d’une contribution pour relever le défi de la digitalisation, avec la dématérialisation des procédures dans les communes. Et pour relever le défi de la digitalisation, la plateforme «Youth Connect Sénégal» ambitionne, dans le cadre de la communication digitale, de créer un centre d’appel, une radio et une télévision avec des débats animés par des jeunes sur des sujets d’entreprenariat, un studio d’enregistrement pour le monde culturel, un réseau de proximité avec un centre d’incubation virtuel dans chaque commune. «Ce dispositif donnera à la jeunesse et aux associations des moyens de communication dédiés aux jeunes», relève le Secrétaire général du ministère de la Jeunesse.

 200 F CFA PAR JOUR SEULEMENT, POUR S’ASSURER UNE RETRAITE, QUAND N’EVOLUENT PAS DANS LE SECTEUR FORMEL

Et Alioune Kandji, le directeur général du Cabinet PCA, de souligner que l’objectif consiste aussi à incuber le milieu agricole, le secteur des micros finances, en créant un financement participatif pour les Sénégalais de la diaspora. «Avec seulement 200 F CFA par jour, nous comptons assurer, grâce au digital, une retraite à tous ceux qui n’évoluent pas dans le secteur formel», assure M. Kandji. «Youth Connect Africa» est une initiative panafricaine née au Rwanda en 2017. Elle a depuis été adoptée par beaucoup de pays du continent comme la Gambie, la Guinée- Bissau, le Burkina Faso, le Cameroun et la Côte d’Ivoire. Pour la réalisation de sa composante national, «Youth Connect Sénégal», le ministère de la Jeunesse est accompagné dans ce projet par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Secteur privé et la société civile mais aussi d’autres partenaires comme des banques et d’autres structures de développement.

 ABDOULAYE A. SAKHO (Quotidien)